Cabinet Boyer HUILE D’OLIVE ESPAGNE – D’aventure en aventure !

HUILE D’OLIVE ESPAGNE – D’aventure en aventure !

15 juin 2022

Arrivé à point nommé, l’épisode pluvieux de mi-mars à début mai a été accueilli avec soulagement en Espagne.

Il a ainsi permis à la campagne de se reverdir, aux oliveraies de prendre toute l’eau nécessaire à leur bon développement (surtout pour la prochaine récolte), et aux producteurs de souffler après plusieurs mois d’inquiétude face à une sècheresse hivernale sans précédent.

Autre soulagement chez nos amis espagnols…alors qu’en ce début de campagne, les estimations donnaient une récolte en huile d’olive aux alentours de 1 350 000 T, quasi égale à celle l’année dernière, voilà que les chiffres atteignaient 1 481 800 T à fin avril 2022, dont 1 149673 T rien que pour l’Andalousie selon l’AICA.

Avec ses 1 670 000 ha d’oliveraies, c’est la région la plus productrice d’Espagne puisqu’à elle seule, selon le Ministère de l’Agriculture, de la pêche et alimentation espagnol, elle concentre entre 70 et 80% de la production ibérique dont 37% sont issus de la province de Jaén surnommée « la mer d’oliviers ».

Ce brin de sérénité aurait pu amener une baisse des prix sur le marché de l’huile d’olive, mais la guerre déclarée par Poutine aux Ukrainiens a provoqué une onde de choc(s) à l’échelle planétaire : humainement parlant incontestablement, mais aussi en semant la panique sur les marchés mondiaux, et surtout sur celui des huiles végétales.

Au lendemain du conflit, on parlait déjà de son impact sur les céréales, les graines et l’huile de tournesol.

Une frénésie générale s’emparait des acheteurs et causait en toute logique une hausse considérable des prix et pas seulement concernant l’huile de tournesol.

La pénurie sur les étals de cette dernière a déclenché un engouement des acheteurs pour les huiles raffinées au point que celles-ci se sont retrouvées sur le devant de la scène en supplantant les huiles d’olive vierge extra : situation inédite et incongrue.

L’huile de grignon d’olive raffinée, malgré sa basse qualité, a vu son prix triplé entre avril et début mai, en passant de 1000€/TM environ à 3000€/TM – de la folie !

Après « la tempête » et pour l’heure actuelle, le marché de l’huile s’est calmé. Les prix élevés ont fait taire la demande, mais les yeux sont surtout rivés sur la prochaine récolte de tournesol qui devrait commencer début juillet en Andalousie.

retour